LUMINOTHERAPIE : COMMENT COMBLER SON DEFICIT DE LUMIERE EN HIVER
SANTÉ

LUMINOTHERAPIE : COMMENT COMBLER SON DEFICIT DE LUMIERE EN HIVER

Anaëlle Malherbe le 08.01.18

La baisse de la luminosité et du temps d’exposition au soleil s’accentue en hiver. Cette diminution peut être corrélée chez certaines personnes avec la dépression saisonnière. Dans les pays nordiques, certaines études montrent que plus de 5% des personnes souffrent de ce type de dépression.

Certains symptômes illustrent cette atteinte de l’humeur comme par exemple :

  • une  fatigue chronique
  • des crises de boulimie ou un appétit bien plus important qu’habituellement
  • des réveils difficiles 
  • un besoin accru de sommeil
  • une humeur dépressive

 

La luminothérapie est un moyen reconnu par le corps médical qui permet de prévenir et de traiter les pathologies liées au dérèglement de l’horloge biologique. Cela est bénéfique pour les individus sujets à cette déprime hivernale ou ayant des troubles du sommeil, travaillant de nuit ou en décalage horaire.

La lumière joue un rôle important dans la gestion de nos rythmes circadiens régulés eux-mêmes par notre horloge biologique. Un certain nombre de ces rythmes (variation de la température corporelle, éveil-sommeil, appétit, sécrétion de certaines hormones etc.) sont endogènes. Cependant, des éléments environnementaux peuvent avoir un impact direct sur eux.

La lumière en fait partie. Celle-ci, en pénétrant dans l’organisme par les yeux, est transformée en signaux électriques. Ces derniers vont jusqu’au cerveau et agissent sur la sérotonine qui est l’hormone dite du “bonheur”. La sérotonine se transforme en mélatonine le soir afin de gérer les cycles d’éveils et de sommeils. Les personnes souffrant de dépression saisonnière ont régulièrement un taux plus élevé de mélatonine durant la journée.

Le fait de s’exposer à la lumière naturelle ou de faire de la luminothérapie est un bon moyen de prévenir ou traiter les troubles de sommeil et la dépression saisonnière. Elle se fait généralement chez soi, avec un appareil spécifique n’émettant pas de rayons UV et dont l’intensité lumineuse atteint environ 10 000 Lux.

 

Anaëlle Malherbe

 

psychologue du réseau Qare.

Partager

à voir également