Une flotte de Black Cabs électriques à Londres dès 2018
 LONDON LIFE

Une flotte de Black Cabs électriques à Londres dès 2018

 

Attendez-vous à circuler plus vert dès 2018 avec la mise en circulation de plus en plus de Black Cabs électriques.

 

D’ici à 2021, on pourrait voir circuler dans les rues de Londres près de 9000 nouveaux taxis électriques. C’est une volonté à la fois de Transport for London, de la mairie de Londres et du maire Sadiq Khan, de rendre l’air de la ville plus respirable et la ville plus green.

Après les bus qui roulent au café et les nouveaux Routemasters hybrides qui circulent déjà à Londres depuis 2012, le maire veut aller encore plus loin avec la mise en circulation de ces flambants neufs Black Cabs électriques et voir une flotte 100% électrique à l’horizon 2050.

Le Royaume-Uni compte près de 9500 morts par an à cause de la pollution, améliorer la qualité de l’air et lutter contre la pollution est devenu une priorité, mais ces nouveaux véhicules coûtent plus chers. Ces taxis sont en effet mis en vente à £55 599 contre £45000, actuellement pour un Black Cab diesel. Ce qui fait grincer des dents les chauffeurs de taxi londoniens, même si LEVC (London Electric Vehicle Company), le fabricant de ces Black Cabs verts, leur promet une économie de £100 en essence par semaine et que le gouvernement propose une enveloppe de £42 millions pour financer 5000 taxis électriques.

 

Autre petit hic dans la mise en place généralisée de ces nouveaux Black Cabs, le manque flagrant de bornes électriques à chargement rapide mises à disposition des chauffeurs pour recharger les batteries des véhicules. Mais à cela, la mairie de Londres répond qu’elle travaille actuellement à leur multiplication dès 2018 en apportant une aide financière de £18 millions pour créer 75 bornes supplémentaires.

Pour le moment, seulement quelques Black Cabs électriques sont déjà en circulation dans les rues de Londres depuis décembre 2017. Hyper silencieux, avec six places assises mais aussi le wifi, des prises USB pour charger son portable et une machine de payement à carte sans contact : ils sont sans conteste les taxis du futur.  

 

Nadège Alezine

 

Partager Retour

à voir également