Expat life : la tradition du Christmas jumper expliquée aux Français
TENDANCE

Expat life : la tradition du Christmas jumper expliquée aux Français

le 20.11.17

Le 15 décembre, Londres et tout le Royaume-Uni célèbrent le Christmas jumper. Julia Gaulon nous éclaire sur cette tradition so british.

Couleurs criardes et motifs souvent très kitschs, les pulls de Noël ou Christmas jumpers sont une tradition à laquelle vous n’échapperez probablement pas cet hiver. Sapins aux boules multicolores, pères Noël et rennes… Avec leurs couleurs et motifs détonants, les Christmas jumpers, ou pulls de Noël, ont un sérieux côté kitsch. Mais c’est devenu une habitude d’en voir défiler à Londres en période festive, où ils connaissent un certain engouement depuis quelques années.

Beaucoup sont bien sûr portés le jour J. « Mais cela commence aussi à se faire en public et avant les vacances », sourit Benjamin Wild, historien de la mode qui évoque, sur son blog, ces drôles de pulls. « Des entreprises peuvent organiser des fêtes ou des casual dress days où on les porte ». Un Christmas Jumper Day est par ailleurs programmé chaque année, depuis 2012, par Save the Children, une ONG internationale qui vient en aide aux enfants dans le monde. L’action, prévue le 15 décembre, encourage les volontaires à porter ces amusants pullovers et à collecter des fonds pour l’association. L’an dernier, près de cinq millions de personnes s’étaient ainsi engagées à y prendre part, selon la branche britannique de l’ONG.

Le 15 décembre est aussi la date du National Ugly Christmas Sweater Day, ou « journée du pull moche de Noël » (oui, l’objectif est d’avoir le pull le plus ringard possible), assez suivie outre-Atlantique. Tradition plutôt anglo-saxonne - en dépit, toutefois, de lointaines origines scandinaves et islandaises, rappelle Benjamin Wild - l'excentrique pull que nous connaissons maintenant est relativement populaire depuis une vingtaine d’années. Il apparaît notamment dans Le Cosby Show américain des années 1980-1990 ou à la télévision britannique avec des personnalités comme Gyles Brandreth. Mais c’est le drolatique Colin Firth et son pull à tête de renne, dans Le Journal de Bridget Jones de 2001, qui lui rend peut-être le plus hommage.

A voir les nombreux exemplaires proposés par les magasins, le vêtement semble aujourd’hui, en tout cas, fortement plébiscité. Allusion aux pulls tricotés par nos aïeules ? Nostalgie enfantine ? Le Christmas jumper est surtout teinté d’une bonne dose d’auto-dérision qui sied parfaitement aux Anglais, amateurs « d’un humour excentrique et espiègle », selon Benjamin Wild. Et vous, vous laisserez-vous tenter ?

Julia Gaulon

 

Partager

à voir également