Quand des SDF font visiter Londres
LONDON LIFE

Quand des SDF font visiter Londres

Julia Gaulon le 16.10.17

Découvrir la ville en compagnie de SDF reconvertis en guides. C’est le pari plutôt original de l’entreprise sociale londonienne Unseen Tours. Entre découverte culturelle et sensibilisation aux problèmes d’inégalité sociale : un autre regard sur la capitale britannique. On a suivi le guide, David, dans le quartier de London Bridge.

 « Là, vous voyez cette porte ? Elle apparaît dans le film Bridget Jones. » David sourit, fier de son effet. Nous sommes au Borough Market, un jeudi après-midi et David, notre guide, entreprend de faire découvrir à notre groupe- deux familles et moi-même- le quartier de London Bridge. Le superbe Shard, le pont de London Bridge, … En professionnel, il s’emploie bien sûr à nous montrer les principaux monuments du secteur et ne lésine pas sur les anecdotes. Mais son rôle ne s’arrête pas là : plus tard, sous les arbres, non loin du Golden Hinde (la réplique du navire de Francis Drake), il précise : « Il y a des endroits sur ce tour, comme par ici, où l’une de nos guides avait l’habitude de dormir. » Et d’ajouter : « Les gens peuvent devenir sans-abri pour plusieurs raisons. Ils peuvent se disputer avec la personne avec laquelle ils vivent, perdre leur travail… » 

« Personnellement, je n’ai jamais dormi dehors mais j’ai connu une période où je n’avais pas de chez moi. »

Ces visites un peu particulières, David les propose dans le cadre de l’entreprise sociale Unseen Tours. Tous les guides qui y travaillent sont ou ont été SDF. De ce fait, ils n’hésitent pas à mêler, au cours de leurs circuits, histoire culturelle des lieux qui les entourent et problématiques sociales, livrant un peu de leur vécu au passage. Le tout sans, bien sûr, verser dans le voyeurisme car l’idée est avant tout de donner à réfléchir. « Ces tours permettent aux guides de gagner un peu d’argent (60 % du prix des billets leur est reversé) mais aussi d’offrir aux visiteurs la possibilité de découvrir Londres à travers leur regard et de bousculer la vision parfois préconçue qu’ils peuvent avoir de ces personnes, m’explique, avant la visite, Giacomo Mason, coordinateur du tour dans le quartier. Nous voulons aussi rappeler que ce genre de situation peut arriver à n’importe qui. »

 David s’est par exemple retrouvé sans logement lors d’une longue hospitalisation, sa propriétaire ayant décidé de mettre fin à son contrat de location. Il a ainsi vécu plusieurs semaines dans une résidence pour sans-abris. Aujourd’hui dans un vrai « chez lui », sa situation économique reste précaire et cela fait maintenant bientôt deux ans qu’il joue les guides pour Unseen Tours. « Tout cela part, à l’origine, d’un réseau de volontaires qui distribuait des chaussettes aux sans-abris. Puis l’idée d’organiser des tours a vu le jour », explique-t-il aux visiteurs que nous sommes. Après la présentation de l’ancienne prison Clink, il attire notre attention sur les bosses cimentées devant les baies vitrées d’un restaurant. « Leur but est probablement d’empêcher des SDF de s’installer là…»

Passage au Globe, « où ont été jouées pour la première fois beaucoup de pièces de Shakespeare ». Puis au Rose Theatre, moins connu. David nous fait ensuite découvrir le cimetière de Crossbones, sur Redcross way. Sur les grilles, des dizaines de rubans volent au vent. « Les origines de ce site remontent au Moyen-Age. On aurait enterré ici de nombreuses personnes alors considérées comme des parias : des pauvres, des prostituées… Aujourd’hui, c’est un lieu de mémoire. » Pour cet homme de bientôt cinquante ans, ancien employé d’usine, être guide est un véritable bonheur. « Je pense que je suis bon à ce job. Avant, dans l’industrie, on me disait que je n’étais pas assez rapide, que ce n’était pas fait pour moi. Alors que là, il y a des gens qui viennent me dire après la visite qu’ils ont apprécié. »

« Je pense que, de manière générale, cette expérience permet à ceux qui en bénéficient de retrouver une place dans la société », insiste, de son côté, Giacomo. Cela ne fait aucun doute pour David, qui songe d’ailleurs à prendre des cours pour perfectionner son métier de guide. Mais, pour l’heure, il lui faut conclure sa visite. Et c’est au cœur du paisible jardin le Red Cross Garden que nous nous séparons. Imaginé par l’activiste Octavia Hill à la fin du XIXe siècle, ce lieu permettait aux plus démunis d’accéder à des logements décents et agréables, proches de la nature. « D’ailleurs, souligne David, ces cottages que vous voyez autour ont encore aujourd’hui le statut de logement social. »

Unseen Tours. Des visites sont également organisées dans les quartiers de Shoreditch, Brick Lane et Camden avec les guides Henri, Mike et Pete. Prix : 12 £. Renseignements et réservations ici.

Julia Gaulon

 

 

 

 

Partager

à voir également