Une journée avec Jane Birkin
 INTERVIEW

Une journée avec Jane Birkin

Après cinq ans d’absence, Jane Birkin revient sur scène avec le répertoire de celui dont elle fut la muse. Sur ce nouvel album, les chansons que Serge Gainsbourg lui a écrites sont sublimées par un orchestre symphonique. C’est un hommage autant qu’un retour aux sources classiques où il puisait souvent son inspiration.

Entretien réalisé par Sidonie Gaucher @IciSidonie

 

9H30 Je tâtonne à la recherche de mes lunettes. Puis, je descends au café du coin avec Dolly, mon fidèle bouledogue, et je lis la presse. Libé le matin, Le Monde le soir et tous les magazines, en prenant soin d’éviter les articles qui me concernent.

10H Je vais profiter d’être à Londres pour voir ma sœur et voir une ou deux pièces de théâtre. J’aime rester dans le même quartier, quand j’étais chez mes parents, je ne bougeais pas de Chelsea. D’ailleurs, si je devais me refaire une balade dans Londres, ce serait le long de la Tamise, de Chelsea à Westminster. Ce serait ma madeleine de Proust !

12H Pour le déjeuner, je suis plutôt du genre croque-monsieur en terrasse, avec un petit café. Mais en général, je mange plutôt le soir. Souvent, ma fille Lou (Doillon, NDLR) me rejoint, elle vit dans le quartier et nous sommes très complices.

14H Pourquoi avoir voulu reprendre les chansons de Serge avec un orchestre symphonique ? Un jour, j’étais avec Michel Piccoli, un de mes meilleurs amis et Hervé Pierre, un acteur que j’admire beaucoup, en train de dire les mots de Serge, en expliquant que parfois, il mettait de la musique classique lorsqu’il voulait nous faire un cadeau. C’était une modestie de sa part et cela faisait partie de sa très grande culture. Ces arrangements avec des pièces classiques étaient des cadeaux pour les femmes qui ont interprété ses chansons : moi, Charlotte, Brigitte Bardot, France Gall, Bambou...

20H Si Serge avait pu être dans le fond de la salle, il aurait certainement pleuré. Il faut dire qu’il a écrit des chansons plus riches, mais plus tristes après notre séparation, et évidemment elles sont sublimées avec un orchestre symphonique.

21H Je sors au théâtre ou au cinéma au moins trois fois par semaine. Paris est exceptionnelle pour cela, il y a toujours quelque chose à voir, de très pointu, avec beaucoup de cinéma d’auteur. Je suis allée voir Richard III, mis en scène par Thomas Ostermeier, c’était magnifique. J’ai découvert Hofesh Shechter*, et j’ai tellement aimé que j’y suis retournée avec sept personnes ! J’ai emmené toute ma famille !

22H Après le spectacle, je sais déjà que nous irons manger à St John, derrière le Smithfield Market, leurs plats à base de porc sont simplement délicieux. Je cuisine beaucoup. Je fais très bien les scones bien sûr, mais aussi l’épaule d’agneau très croustillante avec une sauce à la menthe et je suis une experte de la jambe de cochon frottée avec du sel sur la couenne “qui crunch”. Et je mets un point d’honneur à vérifier que les animaux qui finissent dans mon assiette aient eu une belle vie, une vie heureuse.

00H Mon dernier geste ? J’enlève mes lunettes !

Jane Birkin – Gainsbourg Symphonic, le 26/09 au Barbican Centre, Silk Street, EC2Y 8DS Métro : Barbican. Prix : £25-35.

Site internet

 

*Hofesh Shechter Company, Grand Finale,
du 12 au 16/09 au Sadler Wells.

 

De qui s’est inspiré Gainsbourg pour ses chansons ?

Baby Alone in Babylone, interprétée par Jane Birkin est inspirée de la Symphonie n° 3 de Johannes Brahms

Jane B., interprétée par Jane Birkin sur son premier album, est inspirée du Prélude n°4, op.28 de Chopin

Initials B.B., interprétée par Brigitte Bardot et écrite pour elle après leur rupture, est inspirée du 1er mouvement de la Symphonie n°9, de Dvorak.

Lost song, écrite pour Jane Birkin, est inspirée de la Chanson de Solveig de Grieg.

Lemon Incest, interprétée avec sa fille Charlotte est inspirée de l’Étude en mi majeur de Chopin.

Poupée de cire, poupée de son, interprétée par France Gall est inspirée de la Sonate pour piano n°1 de Beethoven.

Charlotte for Ever est inspirée de l’Andantino d’Aram Khatchatourian.

Partager Retour

à voir également