Expatriation, couple, double-carrière : on vous dit tout
 ACTU

Expatriation, couple, double-carrière : on vous dit tout

Ce sont près de 3 000 questionnaires qui ont été analysés pour une enquête sur l’impact de l’expatriation sur le couple et la double-carrière.

 

Qui s’expatrie ?

S’expatrier c’est un nouvel emploi tout d’abord. Pour 59% des expatriés, le nouvel emploi est une promotion et pour la moitié, cette opportunité leur a permis de réfléchir au type de carrière qu’ils souhaitaient avoir. 60 à 70% des interrogés sont satisfaits de leur avancée d’un point de vue professionnel, de leurs principaux objectifs de carrière, de revenu et de l’acquisition de nouvelles compétences.

Travail… Mais pas que. Parmi les interrogés 69% pensent que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue si l’on est absorbé uniquement par son travail, et cela laisse donc de la place pour être parent (élément très important de la vie pour 90%) ou être époux (pour 53%).

Cependant, seulement la moitié des interrogés se disent satisfaits de leur vie de couple (55%) et de leur vie familiale (53%). Les causes ? Le travail qui représente une pression pour 21% d’entre eux, qui empiètent fortement sur leur vie personnelle et familiale pour 37,5% d’entre eux.

Mais alors que gagne-t-on à s’expatrier ?

87% > Comprendre une autre culture

86% > S’améliorer face à des situations inhabituelles

78% > Accroître son autonomie et devenir plus ouvert d’esprit

65% > Mieux comprendre sa propre culture

 

Qui est le conjoint de l’expatrié ?

92% sont des femmes, majoritairement dans la tranche 31-45 ans (62%) détenant un master ou un doctorat (73%). 73% travaillaient avant de quitter le pays d’origine mais seulement 46% travaillent une fois expatrié(e), alors que 30% ne souhaitent simplement pas travailler.

Pour 28% des conjoint(e)s, le travail trouvé est une rétrogradation dans leur carrière et 45% se réorientent dans un autre secteur (par choix ou non). 43% trouvent alors un travail en entreprise locale notamment pour raison financière ou pour avoir une continuité dans leur CV.

Et les enfants ?

Le chiffre est impressionnant : 82% des expatriés ont des enfants. Mais pourquoi ?

L’âge des enfants influe sur l’expatriation : ils sont souvent très jeunes ou alors déjà diplômés. 61% des parents évaluent positivement la vie de famille en expatriation et estiment que leurs enfants sont devenus plus autonomes et indépendants. 82% jugent que l’expatriation a permis à leur enfant de s’améliorer face à des situations inhabituelles.

En bref, les enfants sont vus comme les “grands gagnants de l’expatriation”, les parents estimant que leurs enfants aiment vivent à l’étranger (89%) et que cela a enrichi leur vie (95%).

 

L’enquête a été réalisée par l’équipe d’Expat Communication

 

Camille Letourneur

Partager Retour

à voir également