Le député de la 3ème circonscription des Français établis hors de France : à quoi sert-il ?
EXPAT LIFE

Le député de la 3ème circonscription des Français établis hors de France : à quoi sert-il ?

la rédaction le 02.06.17

Parmi les 577 membres de l’Assemblée nationale, le ou la député(e) de la 3ème circonscription des Français établis hors de France, représente notamment les Français de Londres, nombreux dans une circonscription qui comprend toute l’Europe du Nord. Ce rôle, parfois peu connu, est pourtant essentiel à la protection des expatriés et ressortissants français. Notamment lorsqu’il s’agira de faire valoir leurs droits européens lors des négociations engendrées par le Brexit. Les prochaines élections législatives pour le renouvellement de ce poste auront lieu les 4 et 18 juin prochains. Axelle Lemaire, actuellement en poste, nous éclaire sur le rôle du député.

La rédaction d’Ici Londres

 

Qu’est-ce que la 3e circonscription des Français de l’étranger, dont vous êtes la représentante ?

C’est un territoire qui recouvre des pays d’Europe du Nord : le Royaume-Uni, bien sûr, mais aussi l’Irlande, l’Islande, la Norvège, la Suède, la Finlande, le Danemark, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie. 173 477 Français sont inscrits sur les registres consulaires de la circonscription, dont 140 224 rien qu’au Royaume-Uni, même s’il est clair que dans les faits, la circonscription compte beaucoup plus de Français, ceux-ci n’étant pas obligés de s’inscrire sur les registres consulaires. Cette circonscription renvoie donc à une réalité physique, géographique et culturelle particulière. Les Français d’Irlande ou de Finlande ne sont pas les mêmes que les Français de Londres.

 

À quoi sert le ou la député(e) de la 3e circonscription des Français de l’étranger ?

C’est un rôle double, à la fois local et national, pour défendre les droits des citoyens français. Le député peut être saisi par des personnes rencontrant des problèmes ou des difficultés d’ordre fiscal, éducatif ou de santé.

 

Comment cela se caractérise précisément ?

Par exemple, lorsqu’un Français ne comprend pas comment fonctionne le système des retraites entre son pays de résidence et son pays d’origine, et a besoin de clarification sur ses droits. Ou pour permettre à 4000 enfants scolarisés dans le système anglais de bénéficier d’un soutien linguistique en français, via les structures FLAM (Français Langue Maternelle). Ou encore de faire le suivi entre le système de santé français et britannique : concrètement, que se passera-t-il pour ce ressortissant Français couvert par la  NHS si jamais les accords du Brexit l’empêchent d’être soigné au Royaume-Uni au même titre que les Britanniques ?

 

La question du Brexit sera-t-elle donc au coeur des préoccupations du député ?

Plus que jamais. Le rôle du député sera clé pour formaliser les intérêts des Français du Royaume-Uni. Personnellement, je me vois comme la “Madame Brexit” au Parlement français, chargée de défendre les intérêts des ressortissants. Je suis également en faveur d’un espace de dialogue qui rassemble toutes les difficultés que les Français rencontrent.

 

En quoi le vote des législatives compte ?

Le Parlement doit compter auprès des citoyens et les citoyens doivent pouvoir compter sur le Parlement. Le député est le seul moyen pour un citoyen français de se faire représenter à la fois sur place et à l’Assemblée nationale. Mais également, dans un monde ouvert, de faire le lien entre l’État et ses diasporas. Et lorsque l’on parle de renouveau politique en France, il ne faut pas que ce soit seulement un casting par principe mais que le renouvellement porte également bien sur des innovations de politiques publiques et sociales.

 

Retrouvez l’interview des candidats sur notre site internet :

Première Partie

Deuxième Partie

 

 

Alexandre Holroyd (EM)

Axelle Lemaire (PS)

Laurence Azzéna-Gougeon (LR)

Olivier Tonneau (FI)

Patricia Connell (UDI)

Pierre Alexandre Greil (UPR)

Béatrice Pauly (PCD)

David Rolland (FPR)

Florence Sarlat (PA)

Karine Daudicourt (EELV)

Tony Thommes (FN)

Marine Roussillon (PCF)

Véronique Vermorel (PP)

Cindy Demichel (Ma Voix)

Olivier Bitterlin

Marianne Magnin, investie par le MoDem, a annoncé le 17 mai 2017 le retrait de sa candidature et son soutien à Alexandre Holroyd

 

Partager

à voir également