Dernières nouvelles de la planète Brexit
BREXIT

Dernières nouvelles de la planète Brexit

le 17.05.17

L’élection d’Emmanuel Macron, les scandales de Trump ou le festival de Cannes : l’actualité a quelque peu cessé ces derniers temps de tourner autour du Brexit. Et pourtant, le Royaume-Uni est toujours en procédure de négociation de sortie avec l’Union Européenne.
Alors que s’est-il donc passé ces dernières semaines sur la planète Brexit ?

Revue de Presse.

 
L’élection de Macron

C’est le très pro-européenn Emmanuel Macron qui a gagné les élections présidentielles françaises. Un risque de Frexit est désormais écarté. La presse britannique voit cependant son arrivée entre crainte et fascination (voir notre article sur le sujet). Le lundi 15 mai, le nouveau président français a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel pour discuter des futures orientations européennes. Le président Macron est partisan d’un Brexit négocié à la dur et Angela Merkel a donc décidé de s’allier sur sa position. Alors que plusieurs scénarios étaient envisagés comme l’expliquait le site Atlantico, c’est certainement le scénario le plus dur qui sera finalement retenu par le couple franco-allemand : à savoir une interdiction de la Grande Bretagne d'accéder au marché unique et une "facture" de sortie à payer intégralement.  

 Money, Money, Money

Le Brexit a eu pour effet une forte inflation des prix au Royaume-Uni. Le journal Le Progrès reporte une hausse des prix de 2,7% en avril, par rapport à 2,3% en mars. Cependant, les salaires ne suivent pas forcément et la Banque d’Angleterre craint une inflation à 3% dans les prochains mois. 

Pour ce qui concerne le coût de départ de la Grande Bretagne, il est au coeur des négociations actuelles. Michel Barnier représente l’Union Européenne dans les négociations et a soutenu le 3 mai dernier, d’après le site Le Monde, qu’il ne s’agirait pas “d’une punition ni d’une taxe de sortie.”

Travailleurs et expatriés

D’après le site de The Independant la plupart des business européens chercheraient à couper les liens avec leur contact britannique et chercheraient des remplaçants au niveau européen.

Interviewé par le portail d’information Toute l’Europe, le député belge et représentant du Parlement européen sur le Brexit Guy Verhofstadt a déclaré: “au début du mois de septembre, nous espérons conclure un accord qui pourra ensuite constituer un chapitre sur les droits des citoyens dans l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'UE” et souhaite en faire “une priorité”.

Où en sont les négociations ?

Le 17 mai, une réunion sur le Brexit a eu lieu au Parlement Européen. Le président du Conseil Européen Donald Tusk a expliqué qu’il "fallait être juste envers la Grande Bretagne” reporte le journal The Express.

Il a ajouté que l’accord de libre échange qui serait trouvé entre l’Europe et le Royaume-Uni devra comporter des clauses anti-dumping et “garantir des conditions de concurrence équitables". L’effort devrait être porté sur “des mesures et des pratiques fiscales, sociales, environnementales et réglementaires" a reporté l’AFP.

Des négociations plus concrètes devraient être engagées le 22 mai 2017.

Dans son interview à Toute l’Europe, Guy Verhofstadt a également confié que “les attaques mutuelles” entre Teresa May et Bruxelles qui avaient eu lieu ces derniers mois devaient cesser et laisser place aux négociations. A propos des élections législatives anticipées le 8 juin, le député belge a confié que même si “Theresa May obtien[ait] un plus grand soutien de la part des conservateurs, cela ne change[rait] rien à notre ténacité, notre volonté d'aboutir à un accord sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.”


Camille Letourneur

Partager

à voir également