On vous raconte le Brexit en 7 questions
 BREXIT

On vous raconte le Brexit en 7 questions

Brexit, Brexit, Brexit. On lit ce mot partout dans les journaux. Mais concrètement qu’est ce que le Brexit ? Que cela va-t-il changer dans votre vie de tous les jours ? Que se passera-t-il dans deux ans ?

 

#1 - Commençons part le commencement, par qui le Brexit a-t-il été voté ?

Le 23 juin 2016, 52% des britanniques ont voté en faveur d’un retrait de l’Union Européenne.
? Géographiquement, c’est majoritairement en Angleterre, en périphérie des grandes villes que la sortie a été votée à plus de 60%. Sept des dix secteurs où le “Remain” a été voté en majorité se situe à Londres.

Qui ? la rupture est aussi conséquente puisque d’après YouGov 61% des 18-24 ans ainsi que les grandes villes universitaires comme Oxford et Cambridge ont voté pour le “Remain”.

 #2- Pourquoi dès lors, le Royaume-Uni risque d’être désuni ?
Samedi 25 mars une marche contre le Brexit a réuni des dizaines de milliers de manifestants. Quelques jours plus tard, le mardi 28 mars, les députés ont donné l’autorisation à l’Ecosse de lancer un nouveau referendum pour sa sortie du RU. L'Ecosse europhile, qui comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessus a voté en majorité pour le Remain. De forts clivages donc au niveau du Brexit, mais maintenant l'article 50 est enclenché.

#3- Et qu’est ce que l’article 50 ?
Le Traité de Lisbonne signé en 2009 par les Etats-Membres de l’Union Européenne, a inclut un article 50 qui prévoit le retrait d’un Etat si tel est son souhait.
Une fois l’article enclenché (mercredi 29 mars), il faut aboutir à un accord de négociations. A l’ordre du jour : fixer les modalités de la sortie de l’UE et les nouvelles relations entre les deux, mais ceci dépendra de la volonté des dirigeants européens et de Teresa May.

#4 - Mais que veut Teresa May ?

Le 17 janvier, May a établi la feuille de route pour le Brexit. Elle souhaite une version du Brexit “souple sur la forme mais dure sur le fond”. Elle souhaite par exemple garder un accès assez large au marché commun et “contrôler le nombre d’Européens qui viennent au Royaume Uni”.

#5 - Et donc concrètement, que signifierait le Brexit pour vous ?

En principe, dans beaucoup de domaines, le Royaume-Uni à des accords avec l’Union Européenne, ce qui n’aura plus raison d’être à sa sortie.
Vous tombez malade ? Vous ne pourrez plus utiliser la carte d’assurance maladie européenne.
Vous prenez l’Eurostar ? Il faudra sortir le passeport et peut-être le visa.

Vous êtes étudiant ? Il ne sera plus possible de bénéficier d’une bourse Erasmus.
Vous êtes dans la vie active ? Apprêtez-vous à être soumis à des quotas.
Etc, etc...
Reste à voir ce que donneront les négociations.

#6- En parlant de négociations pourquoi s’avèrent-elles compliquées ?

Vous pouvez retrouver notre article sur le sujet. Mais en bref rien aujourd’hui ne peut assurer que l’Union Européenne et le Royaume Uni auront trouvé les clefs d’un divorce à l’amiable d'ici deux ans. L'un des blocages est notamment autour de la facture de près de 60 milliards d’euros que Bruxelles devrait présenter à Londres. Le ministre des finances qui a avoué ne pas reconnaître les montants “parfois très importants qui ont circulé à Bruxelles", ainsi que les principaux dirigeants britanniques risquent de bloquer la procédure. Le problème étant que l’Union Européenne ne souhaite lancer aucune discussion sur de futures relations avant d’avoir gérer notamment ce problème de facture.

#7- Enfin que se passera-t-il dans deux ans si aucun accord n’a été trouvé ?

Les négociations, enclenchées le mercredi 29 mars 2017 prendront normalement fin le 29 mars 2019. Si aucun accord n’est trouvé, il n’y aurait plus de relations privilégiées entre l’UE et le RU, seules les règles de l’OMC régiront à nouveau leur relation commercial. Un tel statut pourrait être compliqué à gérer pour une puissance commerciale comme le RU.

 

Camille Letourneur

Partager Retour

à voir également