Un Royaume désuni et l'avenir des ressortissants européens incertain
BREXIT

Un Royaume désuni et l'avenir des ressortissants européens incertain

le 14.03.17

Lundi 13 mars, la Chambre des Lords, comme prévu, a retoqué l’amendement de la Chambre des Commons visant à protéger le statut des citoyens européens le temps des négociations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne, dans le cadre du Brexit.

Les Français devront attendre fin juin pour connaître leur sort

Theresa May a donc dorénavant toute liberté de déclencher l’Article 50 dès que bon lui semblera. Le Premier Ministre britannique a toujours défendu l’idée de déclencher ce fameux article avant la fin mars. Qu’adviendra-t-il alors des citoyens européens résidant dans le pays et ne pouvant pas prétendre à la résidence permanente? Pour l’heure, rien n’a été officiellement défini. Theresa May doit s’exprimer dans les prochaines heures sur son prochain calendrier. Elle a expliqué que les droits des ressortissants européens seront protégés tant que ceux des Britanniques vivant dans les pays de l’Union Européenne seront garantis. Ce qui est certain, c’est que le flou persiste encore et toujours. Les Français resteront encore dans ce brouillard pendant quelques mois car il faudra attendre l’élection présidentielle puis les législatives pour savoir par qui et comment sera gouverné leur pays d’origine. Et donc avec qui Theresa May devra négocier. 

Dislocation  

Parallèlement, le Royaume paraît plus désuni que jamais. Nicola Sturgeon, Premier Ministre écossais, n’a toujours pas digéré le résultat du référendum de juin 2016 sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne. L’Ecosse avait voté majoritairement (62%) pour le maintien dans l’UE. Le Premier Ministre écossais estime que Theresa May n’a présenté aucune garantie sur les conditions futures d’échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l’UE et se dit inquiet. Nicola Sturgeon a donc annoncé lundi 13 mars qu’elle souhaitait l’organisation d’un (nouveau) référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. En 2014, le peuple écossais s’était prononcé contre la désunion avec la Grande-Bretagne, mais qui sait aujourd’hui?

L’Irlande du Nord a aussi fait savoir qu’elle souhaitait une réunification avec l’Irlande, qui est membre de l’UE. Le pays (qui avait également voté pour le maintien dans l’Union Européenne en juin 2016 à 56%) réclame par ailleurs un statut particulier lui permettant de continuer à commercer avec l’UE.

Leila Lamnaouer

 

Partager

à voir également