Interview croisée pour l'Association ACE
 EXPAT LIFE

Interview croisée pour l'Association ACE

photo (de gauche à droite) : Olivia Verbrugghe, Florence Roux, Florence Gombault, Georgia Robert Auger

Ici Londres s’est entretenu avec le board de l’association ACE qui accueille plus de 300 membres.

Interview croisé avec Florence Gombault, présidente et trustee; Olivia Verbrugghe, trésorière et trustee; et Georgia Robert Auger, vice-présidente et trustee.

 

Pouvez-vous nous présenter l’association en quelques mots ?

 

Notre asso s’appelle ACE. ACE au tennis c’est un coup gagnant ! Mais ACE est aussi un acronyme “Association et Charity pour les Élèves” du Lycée Français de Londres. C’est donc une association de parents d’élèves qui est également enregistré en tant que charity en droit anglais.

 

Quand est née ACE ?

En fait, en juin 1934, la PEEP, la fédération à laquelle nous sommes rattachés a créé une association de parents d’élèves à Londres. Elle a été active pendant quelques années, puis a ensuite été mise en dormance. En 2015, on a décidé de réactiver ses statuts, de les mettre à jour, et de lui redonner une dénomination sociale ! Nous sommes donc la PEEP Londres sous la dénomination sociale ACE.

 

En quoi ACE se différencie de la PEEP ou d’autres associations de parents d’élèves ?

 

La grosse différence c’est d’avoir notre statut de charity,  qui nous permet d’être plus autonomes sur nos activités sur Londres. On a ce rôle qu’une association de parents d’élève n’a pas. On peut avoir d’autres actions : venir en aide aux familles, faire des levées de fonds, organiser des événements. Nous sommes un réseau de parents et nous mettons nos compétences au service des familles et des élèves du lycée.

 

L’une des actions notables de votre charity est d’aider les élèves en difficulté, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

 

Nous on veut l’école inclusive, on ne veut pas qu’il y aient d’exclusions ! En France, la loi du 11 février 2005 a instauré une réforme pour prendre en compte le handicap à l’échelle scolaire. Ça a eu une grande efficacité en France : 30% d’élèves ont pu accéder à une scolarité normale. Seulement à l’étranger, les décrets d’application n’ont pas été pris. Donc dans ce domaine où le lycée ne peut pas subvenir, on répond à un vrai besoin, il y a une urgence. Concrètement, nous avons des cas de demande d'aide toutes les semaines. Nous avons aidé récemment une famille pour une prise en charge d'AVS (Assistant(e) de Vie Scolaire).

Vous êtes une association au lycée français de Londres. Comment intégrez-vous la vie lycée français dans la capitale britannique ?

 

À ACE en effet, c’est aussi notre ambition d’intégrer un peu plus les élèves du lycée dans la culture anglaise. Un de nos volets par exemple, c’est l’humanisme ! C’est basé sur une tradition anglo saxonne : le “community volonteering”. L’idée c’est d’être volontaire pour sa communauté grâce notamment à un programme que nous avons promu auprès de la direction du "Duke of Edimburg Award". Cet état d’esprit là est totalement anglais ! C’est important aussi quand les élèves veulent postuler dans des universités anglaises, on leur demande souvent ce qu’ils ont fait comme volontariat, c’est donc un plus pour eux. 

Le mot de la fin ?

 

Notre but est de fédérer de plus en plus de parents. Il y a de la place pour la créativité, l’imagination. C’est le potentiel de tout le monde. La marque de fabrique d’ACE c’est de laisser l’opportunité à tous les parents de s'investir pour l'avenir de leurs enfants.

 

Propos recueillis par Camille Letourneur


Gala de charité, le 27/04, de 19h à 23h à L’Orangery de Kensington Palace, Kensington Palace Gardens, London W8 4PX, métro : High Street Kensington

Partager Retour

à voir également