Nicolas Raffin, Programmateur au Barbican
EXPAT LIFE

Nicolas Raffin, Programmateur au Barbican

Camille Letourneur le 13.03.17

Nicolas Raffin, programmateur au Barbican

 

Dans le cadre de votre festival annuel Chronic Youth, vous projetez la première anglaise du documentaire français Swagger, nommé récemment aux Césars du meilleur documentaire. Pourquoi ce choix ?

 

Quand nous avons découvert le film, il nous est apparu comme une évidence qu'il serait dans notre programme. Le thème de notre festival est dans le même temps large et restreint: le passage à l’âge adulte. Swagger correspond d’abord parfaitement à ce thème, car il montre des jeunes ados qui s’affirment petit à petit et chacun à leur manière.

 

Le film documentaire a-t-il selon vous un rôle à jouer dans le monde actuel ? En particulier Swagger ?

 

Il y a sans aucun doute un intérêt nouveau pour le film documentaire. Il s’agit peut-être de la conséquence d’un monde ultra connecté où l’on est constamment nourri d'un surplus d’informations pas toujours vérifiées et intéressantes. De plus en plus de personnes demandent à ce qu’on leur raconte des histoires vraies plutôt que des histoires inventées, et le documentaire répond à cette attente.

 

 Affiche de Swagger

 

En outre, Swagger est un film important car il permet de se dégager des stéréotypes sur ces jeunes qui grandissent dans des quartiers pauvres. C’est un film sur une situation réelle, mais qui ne s’inscrit pas dans le courant réaliste qui débouche souvent sur des films assez caricaturaux ou misérabilistes. Je pense que ce film peut contribuer à apaiser les débats sur une situation très souvent instrumentalisée à des fins politiques.

 

Comment choisissez-vous les films programmés à votre festival ?

 

Nous n’avons pas de méthode définie. Nous sommes une équipe de jeunes programmateurs de différents milieux et différentes cultures, nous proposons chacun des films qui nous inspirent et nous les regardons tous.

Cela résulte dans un programme assez diversifiée: nous montrons des premières, des classiques, des films muets, des court-métrages… Un peu à notre image, et à l’image de la population londonienne!

 

Ce film documentaire relate la réalité des banlieues françaises. Ce film peut-il selon vous avoir un écho en Angleterre ? Et dans d’autres pays ? Est-ce un thème universel ou décrit-il une réalité très franco-française ?

 

Le film a reçu une large distribution en France, et malgré son succès critique et sa nomination aux Césars, il n’a pas encore trouvé de distributeur en Angleterre.

Je trouve cela dommage et faux de penser que ce problème est exclusivement français : la situation en France est sans aucun doute particulière, mais des jeunes grandissent dans des quartiers défavorisés partout dans le monde, et l’Angleterre n’est de loin pas épargnée !

 

Le film a aussi beaucoup plus à offrir que son analyse socio-politique. Swagger traite du thème de la jeunesse des banlieues à travers les yeux de ces jeunes débordants d’ambition et de créativité, et je trouve que c’est un film avant tout très optimiste et qui en dit beaucoup sur les jeunes d’aujourd’hui.

 

Le mot de la fin ?

 

C’est un film magnifique ! Et c’est peut-être la seule occasion de le voir sur grand écran en Angleterre. Olivier Babinet sera présent pour l’occasion, c’est à ne pas manquer!

 

Propos recueillis par Camille Letourneur

 

Swagger, le 18/03 à 18h20, au Barbican Centre, Silk Street, EC2Y 8DS London, métro : Barbican 

Partager

à voir également