Brexit : la communauté Tech française de Londres très inquiète
 BREXIT

Brexit : la communauté Tech française de Londres très inquiète

La French Tech London, fédérant l’ensemble des acteurs français évoluant dans la Tech du Grand Londres (entrepreneurs, investisseurs, cadre dirigeants, associations privés, pouvoir publics) a réalisé un sondage durant le mois de février au sein de sa communauté pour mieux comprendre l’impact probable du Brexit et le ressenti des Français de la Tech. Plus de 300 personnes de la communauté French Tech London ont répondu à ce sondage. 

Une "très forte inquiétude"

Ce qui en ressort pourrait se résumer ainsi : "très forte inquiétude liée à incertitude, mais pas de mouvement panique", "la France est la destination privilégiée en cas de départ du UK" et "l’expatriation reste une option de choix pour les jeunes actifs".

Dans le détail, une grande majorité (77,9%) des sondés se disent inquiets de la tournure des événements récents liés au Brexit : 49,3% sont très inquiets, 54% en ressentent déjà les effets et 75% des dirigeants d’entreprises sondés disent que le Brexit a déjà un impact sur leur activité professionnelle.

La France comme solution de repli

Si elle est inquiète, la communauté Tech garde cependant son sang-froid. Ainsi, 77% n’ont pris aucune disposition à ce jour. Et si disposition il y avait à prendre, l’organisation d’un départ du Royaume-Uni figure parmi les premières déjà prises par près d’1 sondé sur 4. Mais pour aller où ? En France. L’Hexagone est la solution de repli numéro 1 pour la communauté Tech française de Londres : 47% disent vouloir revenir en France dans l’hypothèse d’un départ.  Néanmoins, plus de 60% des 26-35 ans continuent à privilégier l’expatriation après l’Angleterre.

Pas de retour au pays pour les 25-35 ans

Pour Albin Serviant, entrepreneur et investisseur, coordinateur de la FrenchTech à Londres, "l’écosystème start-up français connaît un vif essor et les conditions pour entreprendre se sont améliorées. Je ne suis pas étonné que la France reste la destination de choix si un retour devait être envisagé. Je note aussi que le désir expatriation reste fort chez les 25-35 ans, cela démontre un fort potentiel pour faire briller la FrenchTech à l’international, et ainsi attirer des investisseurs dans notre pays".

Opération séduction

Axelle Lemaire, Secrétaire d'Etat au Numérique et à l'Innovation, présente il y a quelques jours à Londres, a confié que "la première conséquence du Brexit, c’est d’installer un contexte d’incertitude latente qui frappe particulièrement les écosystèmes innovants, réactifs et ouverts comme celui de la Tech à Londres. Alors que la French Tech a le vent en poupe et affiche ses bons résultats, la France est bien classée comme terre d’accueil parmi les candidats au retour. Il importe de continuer à renforcer l’image de la France comme pays d’accueil des innovateurs et entrepreneurs. Ce gouvernement est tout particulièrement attentif au respect des droits des ressortissants français et à leur liberté de mouvement, conditions essentielles de l’innovation et de la création au 21e siècle".

Un nouveau sondage

La French Tech London a annoncé qu’elle réalisera à la fin 2017 un  nouveau sondage pour suivre l’évolution de ces tendances.  Pour rappel, la FrenchTech London  a été lancée en avril 2016 et  le Hub londonien de cette communauté a pour mission de fédérer la communauté des français du Grand Londres travaillant dans la Tech, de coordonner les différentes initiatives locales, d’accompagner les entreprises désireuses de s’installer Outre-Manche, et de participer au rayonnement de la Tech française. Le Hub a été lancé à l’initiative de 6 membres fondateurs issus du secteur privé ou public : FrogValley, French Digital, FrenchConnect London, la Chambre de Commerce française en Grande Bretagne, Business France et les services économiques de l’Ambassade. 

Leila Lamnaouer

london.lafrenchtech.com

 

 

Partager Retour

à voir également