Piccadilly Circus, Aldgate, Cockfosters... Comment les stations de métro ont hérité de leur nom?
 ACTU

Piccadilly Circus, Aldgate, Cockfosters... Comment les stations de métro ont hérité de leur nom?

Vous vous n’êtes jamais posé la question de savoir pourquoi telle station de métro portait tel nom? Sur le site de la BBC, on vous explique l’origine du choix des noms. En voici quelques exemples.  

Covent Garden : au 13e siècle, le site fut muré de vergers et de jardins appartenant aux moines de Westminster Abbey. On parlait alors du "jardin de l’Abbaye et du Couvent ", puis cela a été réduit à "Convent Garden", littéralement le jardin du couvent. Saisi puis cédé par le Roi Henri VIII après la dissolution des monastères, il a été transformé en un quartier résidentiel, qui a acquis eu 17e sicècle une réputation bien lointaine de ses racines religieuses, quand il est devenu un quartier dit "rouge". Puis, l’endroit a été "nettoyé" et est devenu l’un des points d’attraction le plus connu de Londres.

Elephant&Castle : ce nom provient de la présence de la "Worshipful Company of Cutlers", corporation médiévale d’artisans qui fabriquaient des épées et des couteaux. Leur crête incluait un éléphant transportant un château. Il est aussi dit que l’éléphant faisait référence à l’ivoire qu’ils utilisaient pour leurs poignées. Et le château ? Probablement pour montrer la taille et la grandeur d’un éléphant, car peu d’Européens au Moyen-Âge avaient déjà vu l'animal ou savaient à quoi il ressemblait.

Cockfosters: ce nom peut paraître peu élégant, mais ses racines proviennent bizarrement de la royauté. Cockfosters était situé à Enfield Chase, un parc royal résidentiel de 8000 ares et possédant 3000 cerfs. Les forestiers protégeaient le parc des braconniers et des bûcherons. Le mot utilisé pour désigner le chef de ces forestiers ? Cock forester. Devenu finalement "Cockfoster", nom qui a été utilisé pour la première fois en 1524 puis en 1613.

Knightsbridge : aujourd’hui connu comme le quartier aux prix de l’immobilier exorbitants et aux magasins haut de gamme, ce n'était pas le cas au 11e siècle. A l’époque, enregistré comme "Cnihterbricge", puis comme "Knyghtsebrugg" en 1364, le quartier a connu un passé un peu rugueux. Le mot "bridge" vient d’un Vieil Anglais "brycg" qui signifie également pont. Cela faisait référence à la traversée de la West Bourne River, une des rivières "perdues" de Londres, qui a été déroutée via un égout souterrain au 19e siècle.  "Knight" signifie jeune homme. Cela devait faire référence à ceux qui défendaient le pont.

Aldgate : vers 190, quand Londres s’appelait encore Londinium, les Romains avaient fortifié la cité. Six portes au total, dont une dans le quartier, et nommé "Aldgate". L’explication de ce nom aurait deux origines différentes : la première version raconte que cela proviendrait de "all-gate". A l’inverse des autres portes, celle-ci n’avait pas de péage et était ouverte à tous. La deuxième version raconte qu’un pub servait de la bière ("ale" en anglais") aux nouveaux arrivants et a fini par être surnommé "ale gate". Les portes, dont celle d'Algate, ont été détruites vers 1760 afin de décongestionner le secteur.

Piccadilly Circus: le nom “Circus” vient non pas de cirque, mais de la jonction en rond-point de plusieurs rues. Pour ce qui est de “Piccadilly”, il faut savoir qu’un “piccadill’” est un large col à volant, très à la mode à la fin du 16e et au début du 17e siècle. Robert Baker a fait fortune avec la fabrication de ces cols et a alors décidé de fonder sa Maison dans le secteur en 1611. Maison qui deviendra le "Pickadilly Hall". Quand la jonction fut construite en 1819, il a alors été naturel de la baptiser Piccadilly Circus.

Queensway: c’est un bel hommage à la Reine Victoria, qui a aussi une ligne et une station à son nom “Victoria line” et “Victoria”. Queensway a été baptisé en son honneur juste après son accès au trône, la route était celle qu’elle empruntait à cheval quand elle était jeune et qu’elle vivait près de Kensington Palace.

Shepherd’s Bush: ce secteur de l’ouest de Londres n’était pas aussi urbanisé il y a quelques siècles. Plutôt rural donc. Ce qui explique peut-être l’origine de son nom. En effet, a “shepherd’s bush” fait référence à l’abri  qu’un berger aurait fait en élaguant un buisson d’aubépines. D’autres pensent que ce nom vient d’une personnalité, Sheppards Bush Green (1635). Mais qui était donc cet homme ? Et pourquoi son buisson était si remarquable ? Telles sont les questions... sans réponse pour l'heure!

Leila Lamnaouer

Crédits photos: Flickr

©Hernán Piñera, ©James Cridland, ©Ian Wright, ©Tom Page, ©Elliott Brown, ©H. Michael Miley, ©Gordon Joly, ©Tim Adams

Partager Retour

à voir également