Interview exclusive de Vianney, à quelques jours de son concert à Londres
 INTERVIEW

Interview exclusive de Vianney, à quelques jours de son concert à Londres

Il vient de remporter le prix de la chanson originale de l'année aux Victoires de la Musique pour "Je m'en vais". Déjà l'an dernier, le jeune homme, qui vient de souffler ses 26 bougies, avait été sacré interprète de l'année. 

En seulement deux ans, Vianney a atteint les sommets. En exclusivité et juste avant son passage à Londres pour un concert exceptionnel le 15 mars, le chanteur nous parle de son succès fulgurant, ses envies et sa vie passée à Londres.

Vous connaissez Londres, je crois.

J’ai habité à Londres, c’est une ville que j’adore !

Comment se passait votre vie londonienne ?

J’étais en coloc avec six anglais à Camden Town, dans une grande baraque. C’était en 2011 et cela me paraît si loin ! J’étais le seul étudiant en business, ils étaient tous artistes. Ils m’ont clairement inspiré dans mon envie d’étudier le stylisme, après quoi j’ai fait l’Esmod. Ils ne doivent pas en croire leurs yeux, de la coloc’ à la scène, en si peu de temps… Ils ne parlent qu’anglais, donc je ne suis pas sûr qu’ils comprennent les paroles. Et puis, je ne me suis pas étalé sur ce qui m’est arrivé en France. Ils vont venir au concert, ça va être génial !

Qu’est-ce que vous aimez de Londres ?

Ses gens fantasques, adorables, je n’avais jamais connu une telle ouverture d’esprit. Et vestimentairement surtout, cela m’a beaucoup inspiré pour mes études.

En quoi le style anglais vous a inspiré ?

Il y a un style anglais et pour autant, les gens ne se ressemblent pas. Alors qu’avec le style français, les gens se ressemblent davantage esthétiquement et vestimentairement. Des cheveux bleus passent moins inaperçus à Paris qu’à Londres. Le style londonien recherche plus la distinction que l’originalité.

École militaire de St Cyr, business school, puis études de stylisme pour finalement être chanteur. Que dit de vous l’éclectisme de ce parcours ?

J’ai simplement suivi ce que mon envie me disait à un moment donné. Et mon envie, c’est mon plaisir. Je me suis donné à chaque fois la liberté de changer de domaine. J’essaie de ne pas être frileux.

À part chanteur, quel métier pourriez-vous faire ?

J’étais parti pour être styliste mais je sais que je ne l’aurais pas fait toute ma vie. Et même chanteur, on peut considérer que c’est un métier éphémère. Sinon, je me vois bien aventurier ou reporter…

Avez-vous une ambition ?

Celle de faire de belles choses. Donc je veux faire de jolies chansons. Et un jour, peut-être voudrai-je faire des jolis vêtements. Ou de jolis livres, de jolis romans… La question est de savoir ce que j’en fais : est-ce que je les expose, je les donne ? C’est ce que je fais en ce moment, mais peut-être pas pour toujours.

Il paraît que vous êtes allé à Londres à vélo…

C’était mon premier voyage hors de France à vélo ! Après, j’ai fait Stockholm et Berlin seul à vélo.

Que cherchiez-vous dans cette solitude ?

C’est la manière dont il fallait que je vive les choses à ce moment-là. Et cela apporte tant, j’avais besoin de ce silence et de cette solitude. Et je m’offrais ce luxe du temps et du voyage…

Entretien réalisé par Sidonie Gaucher

Vianney

Le 15/03 à 20h à l’Hippodrome Casino

Cranbourn St, WC2H 7JH  métro : Leicester Square

vianney-musique.com

Bonus

Le Londres de Vianney

Son quartier : Camden. Une super ambiance, même si on restait souvent dans la coloc’.

- Son bar : Le blues Kitchen. Il y a tout le temps des bons concerts !

Partager Retour

à voir également