Qui est Laure Ferrari, la supposée petite-amie française de Nigel Farage ?
 ACTU

Qui est Laure Ferrari, la supposée petite-amie française de Nigel Farage ?

Les médias anglais ne font que parler d’elle depuis deux jours. Laure Ferrari est-elle ou non la petite amie de l’ancien leader du part UKIP ? La trentenaire a en tous les cas été aperçue au domicile de celui qui avait fait campagne pour le Brexit.

Une colocation dans une maison à £4 millions

Nigel Farage partagerait une maison d’une valeur de £4 millions, située dans le quartier londonien Chelsea, avec cette politicienne française, étiquetée "Debout la République", parti souverainiste de Nicolas Dupont-Aignan. Laure Ferrari, âgée de 37 ans et née en Alsace, a rencontré l’ancien leader de UKIP il y a près de 15 ans. Certains medias avancent que l’élu anglais l’aurait croisée la première fois alors qu’elle n’avait que serveuse à Bruxelles. D’autres expliquent que c'est Laure Ferrari qui a approché le député anglais, qui l’a ensuite embauchée comme assistante parlementaire, au parlement européen, en charge des questions environnementales.

La trentenaire a été photographiée il y a quelques jours près du domicile, des poubelles à la main. Interrogé Nigel Farage a confirmé qu’il avait accueilli la demoiselle chez lui, avançant qu’elle avait besoin d’un logement. "Elle a travaillé avec moi et je la connais depuis longtemps. Elle cherchait un endroit où elle pouvait rester pour la semaine et qui ne lui coûterait rien". Il a ensuite nié quelconque relations intimes avec elle, ajoutant que cette idée même était un "mensonge". "C’est une relation de travail", a-t-il déclaré à The Mail on Sunday. La Française a elle aussi affirmé au journal que Nigel Farrage l’avait simplement aidé. "Je n’ai aucun ami de confiance à Londres, qui aurait pu m’héberger. Je lui ai demandé si je pouvais venir chez lui, il a accepté. Il essayait simplement de m’aider".

A noter que la femme de Nigel Farrage, Kristen, a confié aux médias qu’ils vivaient séparés depuis des années. Le couple s’étaient mariés en 1999, après le premier divorce de l’élu anglais. Ils ont eu deux enfants ensemble.

Une ancienne tête de liste pour les élections européennes

Laure Ferrari est actuellement à la tête de l’Institute for Direct Democracy in Europe (IDDE), un think tank euro-sceptique, accusé aujourd’hui d’avoir détourné de l’argent public pour UKIP. Le parti est sous le coup d’une enquête pour avoir vraisemblablement perçu un total de £400 000 en donations de ce think tank. Laure Ferrari est actuellement à la tête de l’Institute for Direct Democracy in Europe (IDDE), un think tank auro-sceptique, accusé aujourd’hui d’avoir détourné de l’argent public pour UKIP. Le parti est sous le coup d’une enquête pour avoir vraisemblablement perçu un total de £400 000 en donations de ce think tank. Elle a été la tête de liste pour les Européennes en mai 2014 pour le mouvement de Nicolas Dupont-Aignan, et a fait partie intégrante du développement du parti. La jeune femme est né en 1979 à Épinal, d'une mère et d'un père Meurthe-et-Mosellans, dans une famille d'artisans. 

Selon Le journal du Centre, qui avait fait son portrait avec les élections de 2014, "en 2007 à Strasbourg, à la faveur d’une session parlementaire, Laure Ferrari va frapper à la porte du député Européen Nigel Farage qui l’engage en tant qu'assistante parlementaire en charge des questions environnementales. Par la suite, elle prend en charge les relations publiques du Groupe Europe libertés démocratie (ELD) que Nigel Farage vient de créer et qu'il copréside. C'est ainsi qu’elle rencontre Nicolas Dupont-Aignan dont elle "admire l’engagement et le courage". Elle décide ainsi de s'engager pour le mouvement Debout La République, tout d'abord en tant que secrétaire départementale du Bas-Rhin, puis en tant que déléguée aux affaires européennes au sein du Bureau national. Au bout de 7 ans,  elle glâne, en 2013, le soutien de plusieurs parlementaires européens, dont Nigel Farage (UKIP) et Timo Soini (PERUS-Finlande), et soumet sa candidature comme tête de liste aux élections Européennes pour la circonscription Est".

Leila Lamnaouer

Partager Retour

à voir également