Près de 100 000 personnes dans les rues pour la Women's march on London

Près de 100 000 personnes dans les rues pour la Women's march on London

le 23.01.17

Le cortège était impressionnant. Depuis Grosvenor square à Trafalgar Square, près de 100 000 personnes, et pas seulement des femmes, ont défilé samedi 21 janvier dans Londres au lendemain de l’investiture du nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump. Cette manifestation, baptisée "Women’s march on London" et qui a débuté devant l’ambassade américaine, faisait écho à de nombreuses autres à travers le monde, comme à Washington, Los Angeles, Berlin ou encore Paris.

Cette grande marche était composée de tous les sexes, tous les âges, toutes les nationalités, toutes les religions. Même le maire de Londres, Sadiq Khan, était présent. Les manifestants brandissaient des pancartes, dénonçant les propos misogynes et racistes de Donald Trump. Certains Américains, qui prenaient part à ce défilé, hurlaient même à pleins poumons "Not my president" (pas mon président) devant l’ambassade. Cette mobilisation  a également permis, au-delà de la défense des  droits des femmes, de dénoncer l’homophobie, la transphobie, l’islamophobie et toutes formes de xénophobie.

Après plusieurs heures de marche, qui s’est déroulée dans le plus grand calme et dans une ambiance conviviale et chaleureuse, le cortège s’est arrêté à Trafalgar square, où le collectif "Women’s march on London"  a rappelé l’importance de ce combat et galvanisé la foule. "Nous marchons car la plupart des hommes de pourvoir de ce monde pensent qu’il n’y a pas de problème à agresser sexuellement les femmes", a lancé une des membres. 

Leila Lamnaouer

Partager

à voir également