JAIN : L’interview à géographie variable Coup de coeur

JAIN : L’interview à géographie variable

le 30.11.16

Quelles sont vos racines géographiques ?

Ma mère est métisse malgache, mais je viens de Toulouse dans le Sud-Ouest. Puis j’ai grandi à Pau et toute une partie de ma famille vient du Lot et Garonne.

Quelles sont vos racines musicales ?

Elles sont nombreuses, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai fait un album qui reprend un peu toutes les villes ou je suis allée et toutes les musiques que j’ai pu écouter, du hip-hop au reggae à la soul en passant par le blues, le jazz ou l'électro.

Citez-nous un artiste qui a accompagné chacun de vos pays.

À Pau, j’écoutais beaucoup la musique de mes parents, Manu Chao, Michel Petrucciani, John Lee Hooker. À Dubai, j’ai vécu ma période rock et j’ai découvert les Beatles et les Stones. Au Congo, j’écoutais Fela Kuti et j’ai découvert l’afrobeat et à Abu Dhabi, j’écoutais Otis Redding.

Vos chansons sont en broken english, pourquoi ?

C’est l’anglais tel que je l’ai appris, c’est sûr qu’il n’est pas très littéraire. C’est un anglais parlé, imagé, avec des fautes d’accent mais j’ai voulu garder l’anglais de mes voyages, qui ont formé ma musique. C’est important d’être sincère avec ça. C’est l’anglais de la débrouille, que tout le monde comprend, dans tous les pays du monde.  

Où partez-vous prochainement ?

En tournée aux USA et Canada, en mars. Mais avant cela, on fait une tournée en Espagne, en Italie et en Allemagne.

Quel est le voyage que vous rêvez de faire dans votre vie ?

J’adorerais aller au Pérou et en Équateur et dans toute l’Amérique Latine.

Où avez-vous posé valises ?

À Paris, même si en ce moment je suis plutôt dans le tour bus ! (rires)

Vous cassez les styles. Et on ne peut pas vous coller d’étiquette. Comment est-ce reçu par la presse qui aime tant les catégories ?

Bien, à ma grande surprise ! Et c’est ce que j’essaie de faire, je ne veux pas rester enfermée dans un style musical.  

Qu’y a-t-il dans votre iPod en ce moment ?

Il y a Bruno Mars, Justice, et le nouveau morceau de the Weeknd et de Daft Punk, “Starboy”.

Si vous pouviez inviter quelqu’un, contemporain ou non, à vous rejoindre sur un album, ce serait qui ?

Otis Redding. Mais je le laisserais chanter, et je me mettrais dans un petit coin pour l’écouter en vrai, rien que pour moi.

 

Propos recueillis par Sidonie Gaucher

 

 

Votre endroit préféré ?

Le Lot et Garonne !

Votre livre de chevet ?

La Recherche du Temps Perdu. Non, je plaisante… En fait, j’ai commencé mais je ne l’ai jamais fini. J’étais effarée de voir tout ce qu’il me restait à lire...

Votre devise ?

“Ne sois pas déçu si tu perds et ne deviens pas fier si tu gagnes”, que j’ai trouvé dans la religion jaïniste, et qui a inspiré mon nom de scène.

 

 

Partager

à voir également