De la fascination du talon aiguille pendant le concert de Nouvelle Vague.
 Coup de coeur BILLET D'HUMEUR

De la fascination du talon aiguille pendant le concert de Nouvelle Vague.

Fasciner \fa.si.ne\ verbe transitif. D’origine latine, fascinare veut dire « charmer », « jeter un sort ». Exemple : Pendant le concert de Nouvelle Vague, Élodie Frégé a fasciné son auditoire.

 

Élodie Frégé ou les talons d’Élodie Frégé ? Hautes perchées, les deux chanteuses font à leur public l’honneur stylé des talons hauts. Mélanie Pain, dans une robe à sequin, fait couler sa voix suave dans des oreilles conquises. Ses talons sont hauts, mais pas trop. Élodie Frégé, contraste. Louboutin style, talons aiguilles sur style BDSM soft, résilles chair, robe échancrée sur son centre et body lamé qui met en valeur son corps parfait. Elle fascine. Elle détournerait presque l’attention d’un public qui, venu écouter de la féminité ondulante, se retrouve devant une bossa nova presque féministe. Mais d’ailleurs : en quoi l’ultra-féminité serait un féminisme ?

 

Élodie Frégé est ultra belle, et elle le sait. Elle est talentueuse, aussi, mais elle aurait tendance à le dissimuler avec l’exhibition. Son déhanchement diabolique, sa crinière de feu qu’elle fait systématiquement voler, ses formes enivrantes mais surtout, surtout sa parfaite maîtrise du danser sur talons aiguilles. On aurait pu mettre au défi n’importe quelle fille de l’assistance, elle les coiffait toutes au poteau. C’est sûrement la raison pour laquelle dans le public, elle ne s’est pas faite que des copines. Par contre, il est à peu près certain qu’elle s’est fait beaucoup de copains. Ses talons, sa démarche, son attitude c’est presque trop. On se repose, parfois, lorsque Mélanie Pain et Liset Alea nous honorent de leurs talents plus subtiles.

 

Quelque chose me crispe. Je suis charmée, séduite. Je suis fascinée par elle, ne peut détourner mon regard et en même temps, ca me repose quand elle est dans l’ombre. Ce côté Barbarella ? Ultra-femme, presque guerrière, une Atilla du talon qui met au tapis quiconque oserait se mettre sous sa Louboutin. Je le pense et je m’en veux. Et si un homme avait été à sa place ? Pas en talons, mais en jouant à fond des clichés érotico-genrés. En mode tous poils dehors, la testostérone en bataille, écrasant de virilité. On aurait dit : Wow ! Il fait le show ! Quel rocker ! Sacré panache !

 

D’où ma question, peut-être que l’ultra-féminité est un féminisme. Une façon de dire : “Je sais bien que c’est encore ma plastique, mon style et mon attitude qui cristallise votre attention. Hommes, et femmes. D’ailleurs, je pousse le bouchon encore plus loin de mes talons vertigineux. Car pour voir mon talent, il vous faut encore dépasser mon physique. Ce que vous ne ferez pas, car même vous, femme, écrirez sur mes talons plutôt que sur mes talents. Je le sais et j’en joue. C’est le sort que vous ai jeté.”

 

Sidonie Gaucher

©Photo Instagram Elodie Frégé

Partager Retour

à voir également