PINK MARTINI
 INTERVIEW

PINK MARTINI

Vingt ans que l’on fredonne leur inoubliable tube “Je ne veux pas travailler”, en roulant les R, comme la délicieuse China Forbes. Les douze membres de Pink Martini batifolent de nouveau avec leur nouvel opus Je Dis Oui : rétro mambo, tango oriental, symphonie sensuelle et troupe orchestrale, sous la baguette du fondateur Thomas Lauderdale.
Chef d’orchestre, lui ? Il s’en défend et jure qu’il se voyait plutôt maire de Portland.

 

Avez-vous toujours voulu faire de la musique ?                                                    Pas du tout. Je faisais de la politique quand j’ai terminé Harvard. Je voulais vraiment devenir le maire de Portland. Et puis finalement, je suis au cœur d’un groupe de musique multiculturel, multi-langues et multicolore !

Puisque vous parlez tous différentes langues, comment décidez-vous dans quelle langue une chanson sera interprétée ?                                         On écrit souvent en collaboration, donc on prendra la langue de la personne qui écrit avec nous à ce moment-là.

 Avec quelques beaux invités français...                                                                  Oui, nous avons chanté avec Henry Salvador dernièrement, ou encore Je ne t’aime plus avec Philippe Katerine. Mais sans aucun doute, pour notre public français, la chanson la plus connue c’est Je ne veux pas travailler.

 Qui l’a écrite, cette chanson ?                                                                                            Je ne peux pas vous répondre Appolinaire, bien sûr. Mais nous nous sommes inspirés de son poème Hôtel, qui commence avec les mêmes mots : “Ma chambre a la forme d’une cage / Le soleil passe son bras par la fenêtre / Mais moi qui veux fumer pour faire des mirages / J’allume au feu du jour ma cigarette / Je ne veux pas travailler je veux fumer.”

 À part la poésie, où puisez-vous l’inspiration créatrice ?                                  De nos voyages, ou des tournées. Dernièrement en Roumanie et en Turquie, j’ai fait toute une recherche sur des chansons les plus obscures possible. Et je chine chez les disquaires des villes que je traverse, je suis un véritable archéologue musical !

 Et quoi de neuf, à part ce nouvel album “Je Dis Oui” ?                                           Nous allons faire la musique du prochain film de Bavo Defurne, Souvenir, avec Isabelle Huppert qui jouera une ancienne chanteuse de l’Eurovision. Elle va même chanter !

 Thomas, vous êtes un peu le chef d’Orchestre de votre joyeuse douzaine de musiciens ?                                                                                                           Malgré moi, oui. Moi, je voulais faire de la politique. Je me voyais maire de Portland.

 La présidentielle américaine, c’est dans quelques semaines. Vous pensez à quoi ?                                                                                                                   Depuis le Brexit, je fais ce cauchemar : je vais me coucher, tout va bien et au matin, Donald Trump a été élu. Soudain, les gens prennent conscience de leur erreur et veulent revenir en arrière. Mais il est trop tard ! Comme ce qui s’est passé pour vous au Royaume-Uni. Si seulement on pouvait apprendre des erreurs des autres...

Le 22 octobre 2016, 19h30, Pink Martini au Royal Albert Hall. Métro : South Kensington.

„Votre meilleur souvenir de Londres ?                                                                         Avec l’Orchestre de la BBC au Royal Albert Hall. J’adore Londres mais j’aime aussi beaucoup d’autres villes comme Istanbul, Athènes, Paris et même Nantes !

Si vous deviez inviter un artiste britannique sur un album, qui choisiriez-vous ?                                                                                                                        Quelle question ! Je ne sais pas… À votre avis, qui devrions-nous inviter ?!

 

Propos reccueillis par Sidonie Gaucher

 

Partager Retour

à voir également