De nouveau réunis
 INTERVIEW

De nouveau réunis

Depuis toujours,la musique des Innocents est influencée par la pop anglo-saxonne. Pourtant, les deux compositeurs du groupe, J.P Nataf et Jean-Christophe Urbain, ont choisi de chanter leurs textes en français.           Rencontre avec J.P Nataf.

Après des années, vous voilà enfin réunis. Racontez-nous vos retrouvailles.                                                                                                                    C'était en 2003, à Londres justement. Avec Jean-Chri nous sommes allés au bar, comme de vieux potes. On parlait de tout, de rien et nous avons enfin appris à nous connaître. C'est bête à dire mais nous sommes réellement devenus amis ce soir là. 

Est-ce que vous appréhendez de retrouver votre public après ces années de séparation?                                                                                                         Nous avons retrouvé notre public depuis quelques temps déjà. Alors cette peur est passée. Le public de Londres en revanche est une nouvelle étape. J'ai peur qu'il n'y ait que des Français. J'aimerais que l'on s'ouvre à tout le monde. 

Vous partagez de nouveau la scène avec votre allié de toujours. Rien n'a changé?                                                                                                                            Vous savez, Jean-Chri et moi, nous sommes comme deux tennismen en double. On adore être sur scène séparemment mais on aime encore plus faire de la musique ensemble. Notre séparation a été pour moi une épreuve difficile.

Londres est donc une ville importante pour vous?                                              C'est ici, à l'été 1977 précisément, que j'ai eu un coup de foudre pour le punk. Je jouais du piano, j'aimais déjà la musique mais j'étais timide. Grâce à cette ville, j'ai eu une révélation. 

Avec tous ces souvenirs qui ont marqués votre histoire, vous devez être excité de revenir à Londres?                                                                                 C'est plus compliqué que ça. Ici j'ai vécu beaucoup de choses notamment mes retrouvailles avec Jean-Chri. J'ai peur de ne pas retrouver la même ville qu'à l'époque. Tout a changé, les rues ne sont plus les mêmes. A part les magasins de chaussures de Camden, je ne m'y retrouve plus.

Le 10 novembre à 20h, Under The Bridge, Stamford Bridge, Fulham Road, SW6 1HS métro : Fulham Broadway Station. Prix : £21/£22.68.

 Propos reccueillis par Camille Elarbi.

Partager Retour

à voir également