BENOÎT BERTHE Le flair en 3D
 INTERVIEW

BENOÎT BERTHE Le flair en 3D

9h Je suis très mauvais le matin. Est-ce le privilège des artistes et des créatifs de pouvoir se réveiller à cette heure ? En tout cas, je prends le temps de traîner, révasser et réflechir. Ces moments de calme avant de commencer la journée me sont importants. Dans l’animation 3D, la technique que l’on manipule est longue, lourde et compliquée. L’inspiration artistique est donc essentielle. J’aimerais sentir que nous sommes au service du sens et pas seulement un outil sans âme… Mince, me voilà déjà en retard !

10h J’arrive à Picasso Pictures. En ce moment nous produisons la campagne Smart Meters, sur la consommation de gaz et d’électricité. Vous verrez bientôt nos petits personnages survoltés de Gaz et Leccy envahir vos rues et vos TV.

13h À la pause déj’, je sors de mon écran et rencontre de nouvelles personnes. Je m’intéresse à beaucoup de choses, mais j’ai une vraie passion pour les courts-métrages et le cinéma d’animation d’auteur. Le cinéma traditionnel a des contraintes physiques, or avec l’animation on peut potentiellement tout faire. Cette omnipotence donne le vertige, or je ne me pense pas capable de tout maîtriser, c’est pourquoi les rencontres et les collaborations sont la clé. Un lunch orienté cross-média est une excellente façon de s’enrichir mutuellement. Rien de mieux qu’un auteur, par exemple, pour donner une structure aux possibilités infinies de nos images.

15h Préparation du Festival d’Animation à Annecy, où je fais de la prospection de jeunes talents. Je coopère aussi avec Vimeo en leur soumettant des courts-métrages qui se retrouvent dans les “staff picks” de leur page d’accueil, ce qui donne une grande visibilité aux vidéos qui le décrochent.

20h Je prends le métro pour aller à la Shoreditch House, il y a une piscine où je nage souvent, surtout en hiver lorsque personne n’y va. Elle est toute petite et je peux m’y cogner la tête en toute tranquillité.

01h Ma journée se termine. Lorsque j’ai quitté Paris, mon premier court Je m’appelle Nathan, était projeté dans les MK2, après une belle tournée en festival. Mon réseau était sur Paris, pourquoi tout quitter ? Mais je fais confiance à mon intuition et les défis ne me font pas peur. Londres est une nouvelle aventure, je m’endors en pensant aux nouvelles découvertes que va me réserver la journée de demain. 

 

Voir son portfolio sur Siward.free.fr

Je m’appelle Nathan sur Vimeo

MY LONDON

Mon quartier préféré : East London

Mon refuge pour un city break : Soho Farmhouse dans l’Oxfordshire

Ma comédie musicale préférée : Billy Elliot, j’ai tellement pleuré !

Partager Retour

à voir également