MARIE CHOUINART :  Faire danser les sens

MARIE CHOUINART : Faire danser les sens

le 10.03.16

Vous vous attaquez à Henry Michaux et ses Mouvements dans votre prochain spectacle, la danse est-elle la traduction physique de l’image ?

Exceptionnellement oui. Il fallait coller au livre de Michaux à la lettre près. (Rires.) Je l’ai pris comme une version chorégraphique qu’un ami lointain m’aurait envoyée. Même immobile, le voyage se fait dans les yeux des spectateurs. Dans toute oeuvre d’art, il y a un déploiement, un mouvement de l’âme de l’auteur.

Votre autre spectacle est appelé Soft Virtuosity, Still Humid On The Edge. Que se cache derrière ce nom mystérieux ?

C’est un titre comme celui d’un court poème. Cela désigne le passage,sur le visage, d’une émotion A à une émotion B. C’est un autre travail pour le danseur car la face est l’endroit du corps où il y a le plus de muscles. C’est très subtil. Car comment jouer de ces mouvements- là ? Comme les mudras, ils doivent amener à lire un état d’âme.

Dans vos créations, les accessoires sont extraordinaires. Est-ce un partenaire de jeu du danseur ?

La plupart du temps l’idée vient au cours du travail. C’est une espèce de prolongement du corps qui modifie son organisation et sa façon de se mouvoir. J’ai tendance à penser que c’est quelque chose de conscient dans la nature comme si le désir des girafes pour les arbres hauts était la cause de leur cou si long ! (Sourires.)               S.L.

Les 20 et 21/06 à 19h30, Sadler’s Wells,
Rosebery Avenue, EC1R 4TN, métro : Angel. Prix : £12/£27

SadlersWells.com

Partager

à voir également