Débat autour de la sous-représentation des femmes dans la Tech à la Wallace Collection
EXPAT LIFE

Débat autour de la sous-représentation des femmes dans la Tech à la Wallace Collection

Nadège Alezine le 06.03.18

Dans un décor digne d’un bal de Cendrillon, dans les salons cossus de la Wallace Collection, des femmes influentes du monde de la Tech ont répondu présentes à l’appel de l’ambassade de France, qui coorganisait ce rendez-vous, et ont tenté d’expliquer pourquoi aussi peu de femmes envisageaient de travailler dans le monde du numérique et du digital.

Où sont les femmes?

C’est Maria Shiao qui modérait ce débat où six autres femmes de la tech sont intervenues, avec quelques Françaises comme Claire Calmejane, diplômée d’HEC et directrice de l’innovation chez Lloyd’s Banking group, Milène Guermont artiste et ingénieure et Camille Rougié cofondatrice et CEO de Plural AI mais aussi des profils internationaux comme Sophie Adelman de White Hat et Anna Lowe qui a créé une application pour reconnaître les œuvres d’art au musée : Smartify.

Que ce soient les problèmes de garde d’enfants pour les mères de famille, que le manque de visibilité dans des filières scientifiques ou les salaires toujours vus à la baisse pour une femme pour le même poste qu’un homme, nombreux sont les facteurs qui rendent les femmes invisibles dans la Tech.

Milène Guermont se souvient de ses années d’étudiantes en école d’ingénieur où elle était la seule fille : « On parle de manque de visibilité pour les femmes dans certains milieux mais dans ce cas précis, étant la seule femme de la promotion, j’étais très visible. »

Permettre aux femmes d’accéder à certains postes à responsabilité dans le secteur de la tech veut aussi dire qu’il faut qu’elles y postulent :

« Souvent, les femmes ne se sentent pas assez qualifiés pour postuler certains postes à responsabilités dans le secteur de la tech : il faut que cela change car les hommes ne sont pas meilleurs en technologie, ce sont les femmes qui ne se mettent pas assez en avant. »

Explique une des participantes du panel.

Bruno Lemaire en visite à Londres

En France, une femme est toujours payée environ moins 20 % qu’un homme pour un même poste et le président Emmanuel Macron a envoyé son ministre de l’économie, Bruno Lemaire rappeler au parterre, pas uniquement féminin, présent à la Wallace Collection que l’avancée de la condition féminine était une « cause nationale ». Il reste donc 4 ans au gouvernement français pour faire de ce projet une réalité.

De passage à Londres pour rencontrer son homologue britannique, Bruno Lemaire est venu préparer l’après-Brexit et c’est accompagné par l’ambassadeur de France en Grande-Bretagne, Jean-Pierre Jouyet que le ministre de l’économie a tenu à venir saluer les femmes de la tech, dans un discours prononcé "in english".

 

 

Partager

à voir également