Première conférence franco-britannique sur l’intelligence artificielle à Londres
EXPAT LIFE

Première conférence franco-britannique sur l’intelligence artificielle à Londres

Nadège Alezine le 17.01.18

 

La Première conférence franco-britannique sur l’intelligence artificielle s’est tenue à Londres le 16 janvier, en préambule à une seconde rencontre organisée le 13 février prochain à Paris.

 

L’intelligence artificielle (1) est au centre de tous les fantasmes de l’humanité depuis la création des ordinateurs lors de la seconde moitié du 20eme siècle : de HAL, l’ordinateur omniscient de 2001 Odyssée de l’espace imaginé par Stanley Kubrik en passant aux robots en quête d’humanité de Philip K.Dick dans Les androïdes rêvent-ils de moutons mécaniques ? adapté au cinéma dans Blade Runner. Bienveillante ou malfaisante pour l’homme, l’intelligence artificielle est probablement la dernière frontière qu’il reste à franchir en termes de révolution technologique par l’humanité toute entière.

Un enjeu international

Un enjeu de taille car qui aura le contrôle sur les données et leur application dans différents domaines et en particulier dans l’industrie, sera « le maître du monde », c’est en tout cas, ce qu’a déclaré récemment Vladimir Poutine, le président russe : « l’intelligence artificielle est le futur, non seulement pour la Russie, mais aussi pour toute l’humanité. L’intelligence artificielle apporte des opportunités colossales mais aussi des menaces encore difficiles à évaluer. Quiconque deviendra le leader dans ce domaine deviendra le maitre du monde. »

 Cédric Villani

Pas étonnant donc que la course au leadership dans le domaine de l’intelligence artificielle soit devenue une priorité dans l’agenda des grands de ce monde, notamment dans celui de la première ministre Theresa May et du Président Emmanuel Macron, qui ont tous deux, commissionnés deux scientifiques français de renom, Dr Jérôme Pesenti côté britannique et Cédric Villani (ci-dessus) côté français afin de créer des stratégies nationales en matière d’intelligence artificielle.

Une course contre la montre

C’est dans ce contexte de course contre la montre, que cette première conférence franco-britannique a été organisée par le Alan Turing Institute, institut national de la science des données et French Tech London, l’association française dédiée au réseau français de la Tech à Londres.

 dr Jérôme Pesenti

Parmi ce panel d’experts présents pour discuter d’une éventuelle collaboration transmanche, pas de robots, ni de réplicants mais des scientifiques spécialistes de la question, comme le Dr Jérôme Pesenti (ci-dessus) à la tête d’une étude commandée par le gouvernement britannique sur le développement de l’intelligence artificielle dans l’industrie et Cédric Villani à la tête d’une mission identique commandée par le premier ministre français, des entrepreneurs du monde de la Tech, comme David Barber, Guillaume Bouchard ou encore Nicolas Brien et des investisseurs du monde de la tech, comme Wendy Tan White ou encore Anne-Valérie Bach.

 

Au cours des discussions, les panels se sont exprimés sur les deux visions transmanche sur les sujets de la transmission et échanges de données, sur leur implémentation pratique mais aussi sur le besoin de former les scientifiques de demain dans le domaine, en évitant qu’ils partent tous travailler chez les leaders dans le domaine de l’intelligence artificielle aux Etats-Unis, comme Google et Facebook, qui ont créé chacun leur propre laboratoire de recherche.

Un nouveau Concorde franco-britannique

L’idée de créer un nouveau projet Concorde a même été évoquée à plusieurs reprises autour de la création d’un voiture intelligente de conception franco-britannique, par David Barber, directeur du UCL Centre for AI et co-fondateur de la start up re :infer. Un projet qui aurait été facile à mettre en place si le B Word, pour ne pas le nommer le Brexit souvent évoqué ici, ne remettait pas en cause une telle collaboration au sein d’un contexte européen tendu.

 

En attendant qu’une telle collaboration franco-britannique face aux géant chinois et américains ne devienne réalité et pas seulement virtuelle, une seconde conférence est prévue cette fois à Paris le 13 février prochain à l’ambassade du Royaume Uni. Et comme a conclu Cédric Villani, mathématicien et lauréat de la Médaille Fields en 2010, sur le sujet : « En matière d’intelligence artificielle, le plus excitant reste encore à venir. »

 

Nadège Alezine

 

 

 

(1)    L’intelligence artificielle est l'ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l'intelligence

 

 

 

Partager

à voir également